Fin de cycle 22 - carrefour Pompadour

Publié le par Who

Sénile
De corps et d'esprit
Comme l'on pratique la sodomie
Entouré de lumières,
Encerclé de fourmis.
Par delà,
Un monde assez plat
Où même la rotondité d'un globe
Se calcule en fracas.
Il en résulte
Un ressac assourdissant,
Un doux tumulte,
De ma verge contre tes dents.

Un parking est situé à 50 mètres,
Où le vieux gardien noir craque une allumette.
Il est dimanche et parfaitement dans son rôle
Son oeil est vif, telle la hausse du pétrole.

Dans l'intérieur du supermarché,
Se constitue une géométrie acceptable,
Un halo illumine la viande hachée
Le vide s'impose au rayon des salades.

(Isolés, Deux, au chant d'un buisson)
(Immolés, Seuls, processus de création)

Au fond d'un puit
Réside l'homme aux nageoires caudales,
Ma sève y coule au long des amygdales.

Orée de la nuit,
Le passage des bus s'avère aléatoire,
Sous l'abri, un parent entame son oratoire.

"Mon fils, mon sang,
Quelque part au centre des hautes cîmes,
Ses visites se traduisent en algorithmes.

J'me sens seul,
Mon fils meule
Mes dimanches
en v'nant d'Avranches.

Sa Peugeot est un véhicule confortable
Et les lacets de montagne comme les autoroutes
Rendent mon existence - le dimanche - estimable.
Demain lundi. Au menu : pâté en croûte."

Nous militons pour l'ouverture,
Sans soucis d'architecture,
Du centre commercial
D'ici et d'ailleurs,
Lieu de survie social
De ces vieux bâtisseurs.


Publié dans Po-M

Commenter cet article