I'm your Union Carbide

Publié le par Who

Les herbes folles ont colonisé le terril
Et la course aux nouvelles énergies
Nous y apparaît bien futile.

Sur le quai, un cadavre de chien
Est couvert d'une nuée de sauterelles.
La voie ferrée trace une limite perceptible
Entre l'autrefois et le ciel.

Puis nous abordons les vestiges
D'un tissu rurbain.
L'étendue bitumée est couverte de lin.
Nous l'abordons serein.

Une meute de hyènes,
Sur le perron de l'église,
Répand ses rires d'effroi
A l'écho de nos pas.

Tu aperçois enfin les ruines de la lagune
Qui ondoient sous un nuage vert.
Notre race a disparu, sans rancune
Sous les tirs du Perpetuel Hiver.




Publié dans Po-M

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article