Paris nord - Arras

Publié le par Who

Je te vois tu m’observes
Le jeu subtil des vitres
Et les lumières de la ville
Qui meurent en lisières
Lointaines tu prends
Position de l’air hautain
De ces étudiants en piano
Qui disent leurs noms en
Tambourinant la tablette rétractable
Anthracite et dort le voisin
Antillais dans le brouillis
D’un mauvais zouk aux rythmes
Des lampadaires qui sabrent
L’habitacle

Ô lumière orangée
Par intermittence
Nous filons à trois cents kilomètres heure

Et rien de cela ne semble naturel


Publié dans Po-M

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mijo 17/04/2009 20:33

TGV Corail nocturne
surréaliste impressionniste

j'ai aimé surtout ce passage

aux rythmes des lampadaires ...300 km/h

moins le dernier vers un peu trop comment dire "convenu" je me serais bien arrêtée à grande vitesse

t'ai je déjà dit que j'aime bien venir te lire et te relire ? tu as ta griffe avec les mots, c'est appréciable comme une entrée libre dans la tête d'autrui ... c'est plein de surprises