Les 10 meilleurs albums des années 2000 [du 6e au 10e]

Publié le par Arthur_Michel

10 ans. 10 ans et le paysage musical a changé de manière fondamentale. De part la démocratisation du téléchargement illégal et donc la manière de promouvoir la musique, de part les moyens techniques utilisés par les groupes, ce top 10 reprend finalement les courants musicaux qui m’ont porté au cours de ces 10 dernières années : rock prog, postcore, rock teinté de musique électronique, il apparaît comme une base importante de la composition de ce blog puisque je retouche souvent mes photographies avec l’œil alerte, certes, mais une oreille ailleurs.

Voyage dans 10 ans de sons qui ont forgé un caractère et une sensibilité artistique.

------------------------------------------------------------

 

10 - Extralife - Secular works [2009]

http://2.bp.blogspot.com/_6PAjBrIvUBs/SwcdN5VdNBI/AAAAAAAAABs/bVQO_zPogCU/s1600/secular+works.jpg

Si Extralife apparaît comme le groupe le moins connu de ce top 10 des années 2000, je pense sincèrement qu’il faudra compter avec eux dans les années à venir. A l’instar d’un Kraftwerk dans les années 70, je suis convaincu que Charlie Looker (chanteur) et sa bande ont 15 ans d’avance sur la manière dont on doit faire de la musique. Un chant aux sonorités médiévales sur une rythmique mathrock, teinté d’envolées lyriques postrock et de bizarreries noise. Par sa démarche, Secular Works fait penser aux albums « Mike Pattonien» des années 90 : Croiser différentes influences musicales, aussi paradoxales soient-elles et en tirer la quintessence.  

 

 

 

Si l'on devait retenir une chanson : Blackmail blues

 

------------------------------------------------------------ 

 

9- Atari Teenage Riot  - 60 seconds wipe out [2000]

 http://ecx.images-amazon.com/images/I/51N095KAHCL._SL500_AA300_.jpg

Sorti en 1999 chez Beat Records puis en 2000 chez DHR, Atari Teenage Riot apparaît comme la tête de proue de Digital Hardcore Recordings, label fondé par les membres du groupe et qui regroupent quelques groupes du hardcore techno allemand et surtout leurs side-projects. Il faut imaginer la fin des années 90 et le contexte musical alternatif de l’époque, putsché par le néo-métal de Korn et de tous ses (mauvais) dérivés. Arrive alors ce 60 seconds wipe out, mélangeant chants scandés, discours ouvertement anarchiste et antifasciste, Beat box bâtie comme un taureau en rut et samples noise. Les membres d’Atari Teenage Riot sont en plus charismatiques au possible : Alec Empire, frontman au visage angulaire et leader du groupe, Carl Crack, MC et décédé…d’une OD en 2001, Hanin Elias « chanteuse » et son teint fantomatique, son ventre de femme enceinte et sa voix stridente et enfin Nic Endo, jolie Japonaise à la ligne parfaite et au visage tatoué du kanji « résistance », qui est paradoxalement la source principale de bruit puisqu’elle est au commande des samples noise. A ce jour, ATR reste l’unique crossover du métal et du hardcore techno mais on peut penser que ce 60 seconds wipe out a ouvert les portes du rock vers des sonorités électroniques plus tordues. Refondé en 2010 après des années de projets persos assez médiocres, les membres restants de ATR restent politiquement engagés et profondément attachants par leur sincérité. La vidéo des évènements du 1er mai 1999 à Berlin,mettant en prise anarchistes et forces de police sous fond de « Your uniform doesn’t impress me » restera gravé comme un  moment fort de leur carrière.

Si l'on devait retenir une chanson : Revolution action

------------------------------------------------------------

 

8-16 horsepower - Folklore [2002]

http://images.uulyrics.com/cover/1/16-horsepower/album-folklore.jpg

Je pense que dans ce top 10, il est finalement l’album le plus « décalé ». Pas de sonorités électroniques, un format  et une structure de chanson classiques, Folklore est un album d’un autre temps. Le combo de Denver, mené par David Eugène Edwards doit de toute façon en avoir cure. Pour faire court pour ceux qui ne connaissent pas, 16 Horsepower est un groupe de folk porté par un chanteur dont le timbre est facilement reconnaissable, fragile et sincère. Sous fond de textes ayant pour thème la rédemption, Folklore est certainement le disque le plus sombre du groupe. Il sera aussi leur dernier véritable album puisqu'il se sépare quelques années plus tard. Mais le mal est fait. Et il porte un accordéon sur ses genoux.

 

 

Si l'on devait retenir une chanson : Hutterite mile

 

------------------------------------------------------------ 

 

7-Cult Of Luna – Salvation [2004] / Isis – Panopticon [2004] / Neurosis – The Eye of every storm [2004]

 Impossible de choisir entre ces trois albums qui appartiennent finalement à la même famille : celle du postcore. Bizarrement à cette période, tous les groupes se sont mis à être influencés par Neurosis et « A sun that never sets » sorti en 2001 qui marque un virage dans les compositions du plus célèbre des groupes hardcore, leur rage laissant place à des titres plus longs et plus progressifs. On pourrait penser que finalement le mouvement hardcore « s’intellectualise », cette musique devenant plus accessible, le chant se faisant accessoire et les compositions se faisant de plus en plus longues et alambiquées.  L’apogée de ce mouvement sera donc 2004 avec la sortie des 3 meilleurs albums par les 3 meilleurs groupes de postcore du moment : Salvation de Cult of Luna, Panopticon d’Isis et The eye of every storm de Neurosis.

http://fr.metalship.org/archives/albums/album1833.jpg 

Salvation apparaît comme la révélation parmi ces 3 albums. J’ai découvert l’album alors que je traversais le Nord-Pas de Calais à bord de mon automobile, sous une pluie battante, lorsque les premières notes de Echoes, titre d’ouverture, retentit. Il faut alors imaginer que la voûte céleste s’abat sur vous, entourée par des exploitations agricoles et des usines décharnées et que Cult of Luna martèle en arrière-fond sonore de rythmes tribaux d’une colonie d’orques avec pour seul objectif d’exploser votre boîte crânienne. Cette album reste pour moi la plus belle réussite du groupe.

 

 

 

Si l'on devait retenir une chanson : Salvation

 

 


http://cdn.pitchfork.com/media/4136-panopticon.jpg

Panopticon d’Isis apparaît moins brutal et primitif que Salvation. Plus aérien et certainement plus réfléchi, cet album reste un must-have. Le chant d’Aaron Turner se fait aussi moins abrasif que celui du combo suédois. Isis souffrira cependant toujours d’une production moins ronde que d’autres groupes, ce qui apparaît préjudiciables lorsqu’on tente de poser des ambiances de longues minutes durant.

 

 

 

 

 

Si l'on devait retenir une chanson : Backlit

 

 

 

http://fr.metalship.org/archives/albums/album1601.jpg

Enfin, Neurosis, dinosaure des musiques amplifiées (1985 !) qui a laissé de côté sa violence mystique pour réaliser « The eye of every storm ». Sombre et certainement moins aggressif que les deux opus cités précédemment, il est celui à la teinte atmosphérique et mystique la plus perceptible. A ce jour, la chanson « A season in the sky » reste celle que j’écoute le plus, cela malgré ses 12 minutes.

 

 

 

 

 

Si l'on devait retenir une chanson : A season in the sky

 

 


Derrière ces groupes, on aurait pu citer Pélican, Shora, Rosetta, Capricorns, General Lee mais il paraît qu’il est devenu ridicule d’écouter du postcore. Et encore plus d’en jouer. Ah.

------------------------------------------------------------ 

 

6-Radiohead -  Kid A [2000]

 http://motherjones.com/files/legacy/riff_blog/mojo-cover-radioheadkida.JPG

Auteur d’un album reconnu comme la pierre angulaire du rock des années 90 (Ok Computer), tout le monde attendait Radiohead au tournant. Mais certainement pas de cette manière. Kid A, enregistré en même temps qu’Amnesiac,  leur album sorti en 2001, permet selon moi à Radiohead de rentrer au panthéon des groupes de rock. Non pas par ses qualités et son succès commercial, mais tout simplement parce que le groupe britannique a osé ouvrir des portes à d’autres domaines musicaux, là où beaucoup se serait contenté de passer par les mêmes sentiers battus. Free jazz, samples electroniques à gogos, Radiohead ose et c’est cela qu’il faut retenir de cet album. Idiothèque en reste la plus belle réussite.

 

 

Si l'on devait retenir une chanson : Idiotheque

 

Commenter cet article

Soshell 29/12/2010 16:10



C'est marrant j'ai toujours autant de mal avec Extra Life. Le projet est pourtant ambitieux mais je ne peux l'écouter qu'à petite dose.


ATR je n'ai jamais pu, mais je n'ai jamais vraiment essayé.


Sixteen, je reste sur les 2 premiers. C'était un véritable plaisir en concert, d'autant plus avec Cantat pour une reprise du Gun Club ou de Léonard Cohen.


Ca m'étonne que tu ais collé Radiohead avant Cult Of Luna, Isis ou Neurosis ! J'ai réécouté Salvation ya pas longtemps, il est vraiment trop bien cet album, peu importe les modes. Pis de toute
façon il n'y a rien eu de véritablement nouveau depuis, juste de plus en plus de crossover.


Pour la suite, je prédis un TOOL en première position...et un Godspeed pas très loin.



Arthur_Michel 29/12/2010 18:03



Pou Radiohead, ce n'est pas tant la qualité de l'album (je préfère largement OK Computer ou Amnesiac) que le risque de sortir un tel album alors qu'on sera forcément attendu au tournant. Tels les
Beasties Boys qui se sont mis à faire du rap, c'est à mon avis à ça que l'on reconnait les grands groupes ou musiciens : prendre ce qu'il y a de bon dans tous les genres existants.